Révolution numérique : Tous Ubérisés ?

Rappelez-vous : ce fut le feuilleton de ce printemps 2015. Les taxis contre Uber . Les manifestations, les prises de bec, les agressions de chauffeurs –et même de passagers- Uber.manif taxiEt à la suite François Hollande qui déclare Uberpop illégal et cible privilégiée des interventions policières. Et puis le PDG d’Uber qui jette finalement l’éponge.

Alors on se dit qu’on se trouve dans un épisode typiquement français : les corporatismes qui prennent en otage les pouvoirs publics malgré le succès de nouvelles pratiques auprès du grand public.
Sauf que l’incendie Uber se propage sur l’ensemble de la planète. A Mexico ce sont 10000 taxis qui manifestent, à New-York les 20000 VTC sont accusés de renforcer les embouteillages, le Maire Di Blasio envisage de limiter leur croissance. A Séoul Uber voit le jour sous une autre forme, sous un autre nom : Kakao Taxi et se concilie les taxis existants. A Montréal les taxis utilisent la manière forte contre les Uber , mais à la canadienne : juste des œufs balancés sur les voitures
Alors que nous annoncent ces grandes manœuvres ? On pressent vaguement que la révolution numérique est en train de bouleverser tout notre système productif et nos pratiques de consommation. Dès 2013 Le Clairon s’était interrogé sur la question :
Le secteur des services à l’heure d’internet 2.
Renouveler le tertiaire : des services pour aujourd’hui et pour demain !
Amateurs versus Pros
En ligne de mire, les grands réseaux de vente ou de services : B for Bla banque est une activité de plus en plus immatérielle, le contact avec un employé étant réservé à des opérations exceptionnelles (montage de prêts, investissements…), la poste concurrencée par les mails doit trouver de nouvelles prestations pour rentabiliser le réseau des facteurs, Les services des impôts voient leur activité réduite et modifiée par les déclarations en ligne, la musique en ligne , le livre numérique mettent en danger disquaires et libraires. La liste est longue.
Face à ce Tsunami, on peut observer certaines zones de résistance Dans la banque, si 60% des clients souhaitent des services par le canal numérique, le contact avec un conseiller est encore apprécié par 25% des clients. En conséquence, les enseignes bancaires ne sont pas prêtes pour l’instant à liquider leur réseau physique (et à affronter les conséquences sociales d’une telle orientation). Dans la santé, face à la concurrence des lunettes en ligne, la rencontre avec un opticien de proximité est vécue par la majorité des clients comme rassurant (tant que les mutuelles prennent en charge le surcoût)
Mais finalement, la surprise vient plutôt de l’explosion des services de particulier à particulier qui prend de court des secteurs classiques de service qui ne l’avaient pas du tout venir : Les médias de petites annonces, complétement balayés par Leboncoin, l’hotellerie et les locations saisonnières menacées par Airbnb, les taxis par Uber, la SNCF et les autocars par BlaBlacar, la location de voitures par Ouicar ou Drivy, les traiteurs et restaurateurs par Cookening ou Supermarmite …
Selon une étude réalisée par l’organisation professionnelle des hôteliers espagnols, l’offre pour les locations touristiques entre particuliers a dépassé en 2014 celle des hôtels et des autres types d’hébergements traditionnels.20150715-150357-g La seule ville de Barcelone concentre à elle seule plus de 137.000 lits sur les plateformes collaboratives, soit presque le double de l’offre conventionnelle, selon cette étude.
D’après la SNCF , le covoiturage aurait entraîné la perte d’un million de voyageurs pour le réseau du chemin de fer.
Le phénomène s’accélère. Chaque année, chaque mois qui passe, met en avant de nouveaux services, de nouveaux modes de consommation qui inquiètent les producteurs en place.
A quoi tiennent ces succès ?
• D’abord aux technologies de l’information : que serait Uber sans les GPS dans nos smartphones, sans les algorithmes qui mettent en relation immédiate l’offre de transport et la demande de l’usager ? Que serait Airbnb sans la cartographie numérique et sans la photographie numérique qui met en valeur la proposition de séjour.
• Et puis une autre démarche des offreurs de service qui s’appuie sur une autre attitude des clients. Par exemple l’offre informelle de taxi a toujours existé, peu dans les pays développés où les contrôles sont plus stricts, mais largement dans les pays moins développés.taxi brousse En Afrique ou en Inde les propositions de simples conducteurs sont légion aux abords d’une gare ou d’un aéroport. Généralement moins chers mais aux risques et périls du voyageurs.Les tarifs peuvent réserver des surprises et l’arrivée à bon port n’est pas toujours garantie.

Le génie d’Uber – et d’autres sites comparables- c’est de proposer un tiers de confiance, à savoir : grâce au site, les prestataires sont enregistrés, les risques sont assurés, les transactions monétaires sont exclues au profit d’un règlement en ligne selon un tarif transparent et connu à l’avance. Ajoutons que les prestataires sont notés (ainsi que les clients), rendant moins probable une mauvaise surprise.
• Au final des tarifs plutôt inférieurs aux prestataires officiels et une qualité de service annoncée et contrôlée supérieure. Que demande le client ?
• Une meilleure utilisation des ressources matérielles : De nombreuses études démontrent qu’en moyenne, une voiture est inutilisée 95% du temps et coûte plus de 5000 € par an à son propriétaire.

Une nouvelle génération de service se profile avec l’apparition de nouveaux protocoles du type Blockchain qui pourraient amener à une nouvelle étape et à la disparition des plates-formes et de la notion de tiers de confiance. Nul besoin dans ce cas d’un intermédiaire. Par construction les données sont sécurisées et l’historique des transactions infalsifiable.

  • Alors pourquoi hésiter ? Comment interpréter la réticence des pouvoirs publics?
    Aux quatre coins de la planète les pouvoirs publics hésitent entre trois attitudes : laisser faire, interdire ou réguler.
    • Le laisser faire n’est pas tenable longtemps. Les corporations menacées ont des moyens de se faire entendre : les taxis bloquent la circulation, les hoteliers invoquent les pertes d’emploi dues à la concurrence jugée déloyale des particuliers. Les rentrées fiscales sont menacées d’assèchement.
    L’interdiction : En Allemagne ce sont les tribunaux qui ont rejeté tout service UberPop. En France la loi Thevenoud (oui! le député qui souffre de « phobie administrative ») prévoyait une interdiction au 1er janvier 2015. Mais il a fallu que la société Uber retire son application Uberpop pour que l’interdiction soit effective, vue la faiblesse juridique de la décision.
    La régulation : En Californie, des projets de loi sont avancés pour réduire la portée du service Airnbnb. A paris la mairie traque les abus et les multi-propriétaires . A Barcelone la nouvelle municipalité a décidé de réduire l’activité d’Airbnb, accusé d’aggraver la crise du logement. L’an dernier, Airbnb a conclu des accords avec des villes telles que Amsterdam aux Pays-Bas, ou Washington et Chicago aux Etats-Unis, afin d’appliquer une taxe aux touristes utilisant ses services. La commissaire européenne au Marché intérieur et à l’Industrie, Elzbieta Bienkowska, a par ailleurs annoncé récemment qu’une réglementation de ce type d’activités serait présentée d’ici quelques mois.
    Les deux premières attitudes ne manquent pas de partisans : libéralisme de laissez- faire ou conservatisme protectionnisme, qui, chacun, mènent à terme à la destruction des structures qu’ils prétendent défendre.
    La régulation s’impose comme la solution pour accompagner ce puissant mouvement sans dynamiter les protections actuelles et les contributions fiscales existantes. Les questions à régler sont vastes :
    • -Le périmètre de l’activité et le nombre de prestataires : La ville de New-York envisage de limiter la croissance des VTC dans la ville Dans de nombreuses villes les offreurs de Airnbn doivent s’enregistrer auprès des autorités.
    • –Des limitations à l’activité : A Barcelone, les offreurs d’Airbnb ne peuvent louer que 2 chambres maxi et pendant un maximum de 1 mois pour une totalité de 4 mois dans l’année, comme à San Francisco et Amsterdam.
    • –Le statut des prestataires :En Californie les chauffeurs d’Uber doivent être considérés comme des salariés, ont estimé les autorités californiennes dans un jugement, rendu public mercredi 17 juin, à l’inverse des positions d’Uber qui les considère comme des travailleurs indépendants : ils ne perçoivent pas de rémunération fixe mais conservent environ 80% du prix de chaque trajet. Ils ne bénéficient pas d’avantages sociaux. Et prennent aussi en charge les frais d’essence et de maintenance de leur véhicule.
    • . La fiscalité des activités : Si une taxe de séjour a été mises en place dans beaucoup de villes, les activités de loueur ne sont pas soumises à la TVA, sauf pour la commission perçue par le site Airbnb. En revanche les loueurs doivent déclarer les revenus générés par l’activité. De même les chauffeurs occasionnels de feu Uberpop doivent déclarer leurs revenus au titre d’auto-entrepreneurs. En théorie les nouvelles activités devaient donc être soumises aux mêmes contraintes sociales et fiscales que les entreprises classiques. Le problème réside dans la difficulté du contrôle
    Le contrôle des activités : Le caractère occasionnel de l’activité, la dispersion entre des milliers de prestataires, rend très difficile un contrôle efficace des pouvoirs publics et incite donc les prestataires à choisir l’évasion fiscale. La solution technique consisterait en une obligation imposée au site gestionnaire de communiquer aux services publics l’état détaillé de l’activité de chacun des prestataires. Les sites évidemment s’y refusent et pour l’instant aucune autorité ne s’est risquée à l’imposer par la réglementation.

On n’a pas fini de parler de ces nouveaux services. On peut simplement regretter que les divers gouvernements , au lieu d’anticiper ces transformations qui auront un impact majeur sur nos société , se contentent de répondre au coup par coup aux pressions des acteurs et des corporatismes.
Certains voient dans l’apparition de ces nouveaux services la préfiguration d’une société post-capitaliste où chacun serait à la fois producteur et consommateur. Ne rêvons pas. Pour l’instant on peut simplement considérer qu’il s’agit de l’extension des rapports marchands à la sphère privée. L’innovation provient essentiellement du numérique qui nous libère de la nécessité des structures administratives d’une entreprise et réduit drastiquement le montant du ticket d’entrée et les coûts de transaction. Un circuit court du particulier producteur au particulier consommateur, en quelque sorte.economie-collaborative-partage-640x375 Une manière de dépasser la frontière entre amateur et professionnel.
Mais, dans ce vaste mouvement, il existe aussi des démarches purement collaboratives, où le profit ne rentre pas (ou de manière secondaire) en ligne de compte et qui peuvent vraiment transformer les rapports sociaux. .Mais c’est un autre sujet que Le Clairon ne manquera pas de développer.

3 commentaires sur “Révolution numérique : Tous Ubérisés ?

  1. bonjour Norbert
    je lis toujours avec plaisir et intérêt vos parutions.
    Je travaille encore(au ministère d l’écologie et du développement durable soit disant). Donc COP 21 obnubilant le paysage
    je préside toujours notre petite assoc environne mentale ..et il y a des verts parmi les adhérents ;Colibri, AMAP, et alternatiba..
    Le numérique oui c’est une révolution.. et aussi un nœud intergénérationnel :a dénouer ou a consolider, selon les cas!!
    Anne BJ

    amitiés

    J'aime

  2. Bravo pour cette présentation très claire du phénomène. Ayant été et demeurant artiste, je vois tous les inconvénients d’une pratique « sauvage », au nom de la liberté de tout faire. Il y a la solidarité nécessaire, ce qui veut dire impôts, cotisations sociales … pas pour soi quand l’activité est secondaire !
    Le système type UBER a de singuliers points communs avec le travail au noir. Le rapprochement est rarement fait. Le travailleur au noir ne semble pas lésé, mais à la retraite il le sent passer. Le client aussi est content ! Bien sûr, tout le monde y gagne contre l’Etat dans ce qu’il a de plus « gendarmique ».Mais l’artisan est squeezé et il faut des artisans !
    Ceci posé, je trouve comme vous que les corporatismes sont secoués et que c’est bon mais la question de la réglementation se pose, comme pour toute activité productive.
    JS
    Nota : 5000 euros pour le coût annuel d’une voiture cela le paraît élevé. Mais les calculs de l’auto-journal incluent souvent les frais de garage et le changement du véhicule au bout de trois ans et il y a de belles grosses bagnoles !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s