Pension complète à « La Buchette »

L’approche de certains examens peut amener une fréquentation particulière de la pension de famille « La Buchette » (c’est le lieu-dit où nous résidons). Par exemple : Claire la fille de Danièle, qui prépare le concours d’internat en médecine. C’est paraît-il, le plus difficile du cursus.

Les candidats, quel que soit le résultat aux épreuves, seront tous médecins mais la répartition entre les spécialités (généraliste, pédiatre ou radiologue ?) et les facultés (Besançon, Arras ou Limoges ?) dépend du classement national. La pression est donc maximum ; d’autant plus qu’il s’agit de réviser tout le programme de médecine.

Les étudiants travaillent seuls (rare et risqué), le plus souvent en petits groupes d’affinité. Au fil des semaines Claire s’est retrouvée dans un trio assez efficace à qui elle a proposé de se retirer à la Buchette ( c’est tout indiqué pour «bûcher » les matières !), dans un environnement calme et sans aucun souci matériel.

Ma nouvelle position de retraité me désignait naturellement comme cuisinier, intendant et coach de vie quotidienne.

Assez rapidement, le trio a trouvé son rythme. Ch_zen Travail sur table une grande partie de la journée dans une salle qui s’est remplie de cours, de livres, de copies de radios ou de scanners. Tout y passe : la psychiatrie, la pneumologie, la cardiologie, la pédiatrie … etc.

Et puis pour varier : interrogations croisées sur des cas cliniques (une fiche décrit la situation d’un patient : que faîtes-vous, quel diagnostic, quel traitement ?) au bord de la piscine ou sur la terrasse.Terrasse

 

 

 

Pour casser le rythme et se vider la tête : trois quart d’heure de course dans les chemins du village. Entre les montées et les descentes, le souffle a du mal à suivre et le garçon de l’équipe, mieux entrainé, distancie ses camarades. Et après une douche ou une tête dans la piscine, l’appétit aiguisé, les repas autour de la table familiale.

Repas

 

 

Pour moi, c’est la semaine courses et cuisine. Des pensionnaires qu’il faut bichonner et une fête pour ma retraite qui se prépare pour 70 à 100 invités. Après avoir fait appel à JP, un ami spécialiste du saumon mariné à l’Aneth et à Picard (la marque de surgelés, une vieille connaissance, puisque nous lui avions confié tout le repas de notre mariage) qui s’est installé à deux pas de chez nous, il reste beaucoup de choses à faire en auto-production : 10 Kg de Guacamole, 15 bouteilles cocktails maison, 100 parts de gâteau au chocolat… Les chariots du supermarché ne sont pas assez grands.

Reste la météo, sur laquelle nous n’avons, hélas, pas d’influence, et qui s’annonce variable pour notre soirée en plein air.

Le suspense reste grand encore sur le succès de cette festivité dont le Clairon se fera une joie de vous rendre compte.

2 commentaires sur “Pension complète à « La Buchette »

  1. Bosser bien bon courage à vous… Et bonne chance, moi je commence à poser un demi pied sur terre car il ne me reste plus qu’une épreuve pour le concours de prof des écoles… Voilà donc je sais ce que c’est de bosser toute la journée… Vraiment recevez tous mes encouragements!!! Grosses bises et à bientôt après la vague d’exams…
    PS/ bon courage aussi aux gestionanire de la maison et encore merci à PIcard!

    J'aime

  2. Vous me faites regretter le temps des examens. Ici c’est plutôt les expos d’élèves et la préparation des stages peinture de l’été. J’éspère que Claire prend plaisir à crobarder les muscles, les os et les états psychiques de ses virtuels malades.
    Je passerai bien vous voir, après vos victoires

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s