Col du Lautaret : campanules et marmottes

Nous quittons les Alpes du Sud pour regagner l’Oisans et la route vers Lyon. Le Lautaret est une étape incontournable. Lorsqu’on arrive de Briançon, en remontant la vallée de la Guisanne, lorsqu’on se retrouve sur la vaste étendue du col, on est frappé par la proximité de la Meije qui se dresse, imposante, face à nous.

lautaret-la-meije.1219335742.jpg

Voici un endroit ou l’on peut s’arrêter, marcher et passer la nuit , comme beaucoup de camping-caristes qui apprécient ce parking un peu à l’écart du trafic et des commerces. ccar-lautaret.1219336543.jpg Village d’un soir qui rassemble les camping-cars les plus luxueux au coté d’un fourgon pourri conduit par des jeunes baba cool, les marcheurs les plus sportifs mélés aux retraités les plus frileux qu’on ne voit que lorsqu’ils sortent leur caniche.

Un groupe de marcheurs ardéchois arrivés en plusieurs voitures se prépare au départ après un casse-croute animé et prolongé. Ils seront de retour au bout de trois quarts d’heure, chassés par l’orage de l’après-midi.

Danièle est décidée à tout faire pour ramener des photos de marmotte. Nous avons vu beaucoup de marmottes au col d’Allos, au col de Vars, au col de l’Izoard. Dès que nous approchions de leur territoire, elles se mettaient à siffer et tout le monde aux abris dans son terrier. On a vite compris que c’était surtout le chien qu’elles craignaient et qu’elles repéraient de loin.

Ce matin, Danièle part sans le chien et avec le zoom de 300 mm. On distingue nombre de terriers derrière le parking sur ce coteau exposé au sud. Il s’agit juste de s’approcher avec des déplacements lents et prudents.

marmotte3.1219337407.jpg

Après la faune, la flore. A 2000m d’altitude en juillet c’est l’explosion des oeillets, des gentianes, des renoncules, des panicaults et surtout des campanules sous toutes leurs espèces :

-d’abord la frêle silhouette, d’un bleu indigo intense, des campanules de Scheuchzer, très typique des prairies alpines :

campanula-scheuchzeri.1219415666.JPG

Et puis les deux cousines : Campanula barbata (à gauche) avec ses hampes de corolles finement agrémentées de quelques fils flottant au vent et Campanula Glomerata (à droite) avec ses bouquets puissants et serrés d’infloresences d’un bleu soutenu.

campanules.1219417348.jpg

Nous descendons ensuite vers la Grave, la vallée et bientôt Lyon avec une belle provision d’images de la splendeur de l’été alpin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s