Limonest 1814 : La bataille oubliée

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;}

On a tous entendu parler de la retraite de Russie (1813) et de la bataille de Waterloo (1815) suivie par l’abdication de Napoléon et son exil à Ste Hélène. Entre les deux, les derniers efforts de l’armée napoléonienne pour s’opposer à l’avance inexorable de la coalition : les russes, les prussiens , les anglais, les autrichiens , les suisses , les piémontais , les badois, les bavarois, les hessois, tous prêts à prendre leur revanche sur cet empereur qui les avaient vaincus et éloignés du pouvoir d’un bout à l’autre du continent. En face les troupes de Napoléon ne se sont pas relevées des meurtrières campagnes de Russie et d’Allemagne. On connaît peu les batailles de cet hiver 1814 qui ont vu les troupes françaises reculer jusqu’à l’abdication de Fontainebleau le 6 avril 1814.  On sait moins que la France a été occupée par les autrichiens et les prussiens une première fois après la première abdication de Napoléon en 1814, puis une deuxième fois en 1815 après les cents jours, Waterloo, la deuxième abdication et l’exil.

Une bataille oubliée

Mars 1814 , napoléon bagarre en champagne pour tenter de résister à la coalition. Il cherche à tout prix à ouvrir d’autres fronts pour disperser les forces adverses qui peuvent réunir 700 000 hommes. Au sud le maréchal Augereau constitue l’armée de Lyon et va reprendre Bourg-en-bresse, Macon, Lons-le-Saunier… Mais les autrichiens  ont pris conscience de la menace et détachent un corps d’armée de 50 000 hommes à mettre en face des 16000 d’Augereau qui attend des renforts du sud – l’armée de Catalogne à la frontière espagnole et les troupes massées sur la frontière italienne. cavalier avant l'attaqueDès lors le rapport de forces est défavorable et l’armée de Lyon organise son repli.  La défaite française de Limonest le 20 mars 1814 fait suite à celle de St Georges de Reneins le 18 mars 1814 ; elle sera suivie très vite de la première abdication de Napoléon (Fontainebleau, le 6 avril 1814) qui n’a pas résisté en Champagne.

La bataille oubliée de Limonest a vu s’affronter près de 80000 combattants ; les pertes françaises sont d’environ 1000 hommes, celles des ennemis de 3000. Sur cet épisode le maréchal Augereau a été accusé de laxisme et de défection. C’est injuste, car c’était une mission impossible vu la supériorité numérique de l’ennemi ; il n’a pas trahi Napoléon, même si après sa chute, comme beaucoup, il s’est rallié au nouveau régime.

Deux cents ans après, une reconstitution avait lieu au Parc de Lacroix-Laval


 Une occupation oubliée

Ces défaites ouvrent la porte aux autrichiens qui occuperont Lyon et le Forez de Roanne à St Etienne dans notre région; le 21 mars les autrichiens occupent Lyon, le 23 ils sont à St Etienne.

 Paris et une très grande partie de l’Est de la France n’échapperont pas non plus à l’occupation par les Prussiens et les autres coalisés.occupationOccupation de courte durée (quelques mois en 1814 et quelques Mois en 1815), occupation »amie » et pacifique puisque les anciens ennemis sont formellement alliés au nouveau pouvoir de Louis XVIII qu’ils ont mis en place, occupation fêtée par les élites en place (ayant rapidement retourné leur veste), elle n’a pas de place dans la grande histoire qu’on enseigne, seule  la mémoire populaire en a gardé la  trace incertaine d’une humiliation, d’une trahison des notables et de réquisitions indues.

 Henri Pourrat qui écrivait Gaspard des montagnes en 1922, largement inspiré par les récits de ses vieilles tantes, raconte :

uniforme-autrichien« Un après-diner les Cosaques arrivèrent à Ambert par le grand chemin. Barbus, velus, sous leurs bonnets bourrus, ils montaient des bidets dont les queues traînaient au sol. [….] Tant de poil donnait à cette cavalerie un air sauvage.[…]

Voilà ce qu’ont narré des personnes qui le savaient bien, ou qui croyaient bien le savoir. Mais ne refaisaient-elles leurs souvenirs d’après quelques estampes ?

La musique donnait des concerts aux Allées, dans le rond-point du Roi de Rome. Les officiers faisaient danser les dames à sentiments ultras, qui venaient là parées de leurs turbans à plumes.

Cosaques ou Kaiserslicks ? Toujours est-il  qu’on n’aurait pas pris ces gens là pour des chrétiens si l’on n’avait entendu leurs chevaux et leurs chiens hennir et aboyer comme ceux de chez nous. […]

Voir l’étranger faire du pays à son plaisir, on ne sait pas quelle rage cela peut mettre dans le sang de l’homme. Ces cavaliers qui galopaient à travers les récoltes, ces officiers qui morguaient les gens, ha dieux !»

Gaspard est un ancien soldat des armées de Napoléon et quand un lieutenant déclare « que les français auraient besoin d’apprendre ce qui est dû aux personnes de haute naissance », Gaspard lui répond :

 « J’étais maréchal des logis à l’ex-garde ; les rois et les altesses, je les ai vus à plat ventre devant l’Empereur. Je les ai vus aussi lécher les bottes du roi Murat, dont le père tenait auberge. Oui, tous les princes, on les a fait danser, et l’on saurait encore assez de la vieille danse. »

Là-dessus, tournant le dos au Cosaque, il sortit respirer un autre air que lui. »

 Deux seuls faits de résistance sont à signaler :

– la ville de Roanne et son maire François Populle ont opposé une certaine résistance aux occupants, commémorée par un monument édifié en 1914 sur lequel figure sa réplique à l’autrichien : 

« Vos soldats ne sont pas encore maîtres de Roanne. Ils demandent deux heures de pillage ! Nous répondrons par deux heures de tocsin. 20 000 paysans armés accourront à notre secours et alors on verra … ».

 

        le comte de Damas qui enrôle 200 foréziens pour harceler les autrichiens. Aux deux cents hommes enrôlés à l’origine, viennent bientôt se joindre quelques milliers de volontaires issus de la gendarmerie et des dépôts de cavalerie ou d’infanterie. Les « Damas », – c’est ainsi qu’on les appelle désormais -, vont conduire contre l’envahisseur une guerre de harcèlement et d’usure. Ils attaquent avec succès à Belleville, Mâcon, Cluny, La Maison Blanche, Pontanerou Saint-Georges, Thesy, Feurs, Chabreloche … Ils seront les derniers à déposer les armes.

 Bien des années plus tard, à Saint-Hélène, Napoléon s’est il souvenu des événements de Roanne et des combats des « Damas » ? Peut être ; toujours est-il que, dans son testament, il réserve un legs au département de la Loire, ainsi d’ailleurs qu’à l’Alsace, la Bourgogne Franche Comté, l’Ile de France, la Champagne et le Dauphiné. Cet héritage de 50000 frs sera, jusqu’en 1870, affecté à décerner des prix et récompenses « aux ouvriers de l’agriculture et de l’industrie les plus méritants pour leurs découvertes et leurs inventions ».

 Pour en savoir plus : Musée Militaire de Lyon ,   La brigade infernale  Forez-Infos Saint-Chamond archives

 

2 commentaires sur “Limonest 1814 : La bataille oubliée

  1. Bien ! cette leçon d ‘un pan de notre histoire régionale et nationale , méconnue ! encore une fois décrite de manière vivante et documentée . Et alors , bravo pour la video !!!!

    J'aime

  2. Si l’histoire ne relatait pas la mort de tant d’hommes (et de femmes et enfants) qu’il est agréable de te lire et d’ainsi apprendre ou revisiter l’histoire de France et d’Europe et de notre région peu enseignée à l’ école autrefois…même si celle ci est sanglante.
    Mais il est bon de savourer la paix aujoud’hui et que savoir que maintenant dans chaque pays autrefois ennemis,on n’élève plus les enfants en leur inculcant la haine de l’autres… Propos malgrès tout mesurés envers quelques populations aux religions différentes , immigres de longue date ou fraichement chassés de chez eux.
    Merci pour ton travail et surtout merci de le partager .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s