Salut les confinés -7-

Confinement total ? pas vraiment !

Depuis mardi 17 mars nous sommes confinés. Comment la vie se déroule-t-elle dans ce village du péri-urbain lyonnais. Comment nous tenons-nous au courant de la marche chaotique du monde entre Venise, Copenhague et Washington où nous avons des amis ? Quels débats, quelles attentes, quels espoirs germent-ils dans cette situation de douce réclusion?

Restez chez vous ! Nous sommes tous confinés, nous répètent les autorités, les médias et notre entourage. Autour de nous, c’est vrai : Nora assure l’administratif de sa boîte à distance chez elle, Mathias s’occupe de résoudre les problèmes numériques des utilisateurs depuis chez lui avec une connexion capricieuse. Pour Clara c’est arrêt maladie pour garde d’enfants (sa boîte de construction immobilière a fermé), mais son compagnon, artisan peintre à son compte hésite à reprendre après 2 semaines de congé confiné. Quand à nous deux nous sommes confinés à la maison comme la plupart des 17 millions de retraités.

Qui sont les confinés ?

  • Les congés maladie « Covid » sont confinés à la maison puisqu’il faut une présence pour les 12 millions de scolaires privés d’écoles. Leurs revenus sont variables : une base de50 % du net avec maintien suivant les conventions collectives . Le délai de carence de 3 jours a été supprimé pour tous les cas. Combien sont-ils ? On n’a pas les chiffres de l’assurance maladie mais on peut supposer qu’ils sont aussi nombreux que les chômeurs partiels.
  • On sait que 4 millions de salariés (un sur cinq dans le privé) sont au chômage partiel, pour beaucoup avec maintien partiel ( 84% du net) de leur salaires. Sont-ils tous confinés ? Pas sûr car le chômage « partiel » peut ne concerner qu’une partie du temps travaillé. Il n’est pas rare qu’ils doivent se déplacer sur le site de l’entreprise et ainsi croiser une contamination potentielle.
  • A cela s’ajoutent les télétravailleurs : on dit que 40% des activités pourraient faire l’objet d’un travail à distance. Combien en réalité dans le cadre de cette épidémie ?

En résumé : – plus de 62 millions de français sont confinés

  • 2, 7 millions d’étudiants
  • 12 millions de scolaires
  • 17 millions de retraités
  • Les autres inactifs : 11 millions
  • les chômeurs partiels : 4 millions
  • arrets maladie Covid : ~ 4 millions
  • les télétravailleurs : ~ 8 millions
  • Les demandeurs d’emploi en catégorie A: 3,3 millions

– Prés de 5 millions sont non confinés

Combien sont-ils ? On sait que 2 salariés sur 5 du privé sont a priori confinés. Et on estime à 40% ceux qui sont en télé-travail. Alors, quand on compte à la louche, 40%+40% = 80%, on peut estimer à 20% ceux qui ne sont pas confinés à cause de leur travail soit pour une population active de 27 millions, 5 millions de salariés non confinés.

Qui sont-ils ? En théorie il s’agit de salariés travaillant dans des secteurs « essentiels ».

On pense évidemment à la Santé, à la Poste, aux pharmacies, aux commerces alimentaires, bureaux de tabac, animaleries, stations-service… Mais aussi l’agriculture, la logistique, les banques, les transports, l’énergie, les télécommunications. Beaucoup de fonctionnaires aussi sont indispensables. Sans compter les activités entre deux, par exemple les services à domicile :

Nous avons pour la maison un contrat avec une entreprise. Après une première quinzaine de fermeture totale (heureusement nous ne sommes pas dans les cas de dépendance), on nous propose de rétablir le ménage (mais pas avec Virginie qui préfère rester confinée) et la tonte de la pelouse qui commence à revenir à un état sauvage. Proposition accueillie avec soulagement. De son coté Hanna a vu sa voisine âgée décéder sans aucune aide à domicile en raison du confinement. Quel est le caractère « essentiel » des activités ? Comment en juger ? Volontariat des salariés ou obligation ?

L’autre question porte sur la protection de ces salariés. La CGT commerce a porté plainte contre Carrefour – et la ministre Muriel Pénicaud pour “atteinte involontaire à la vie” et “mise en danger de la vie d’autrui” dans le magasin de Saint-Denis, où une salariée et déléguée syndicale CGT, Aïcha Issadouene, est décédée des suites du Covid-19 le 26 mars, selon le courrier adressé à la juridiction.
La CGT fait valoir que les vitres en plexiglas protégeant les caissières n’ont été mises en place que le 20 mars dans cet établissement, que le personnel n’a pas reçu de masques et que tous les rayons sont ouverts au public, et non les seuls rayons correspondants à des achats de première nécessité.

C’est là qu’on rejoint la question de la pénurie des protections face au virus qui impacte d’abord les soignants mais aussi tous les métiers en contact avec le public, les caissières, les policiers par exemple dépourvus de masques !

Ainsi le confinement touche une large majorité de la population. Mais ceux qui continuent à travailler sont nombreux. Pas étonnant quand on considère que, sous confinement, la production tourne quand même à 65% de la normale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s