Saint-Pierre : l’histoire s’est arrétée en 1902

La côte Caraïbe de la Martinique c’est celle qui est tournée vers l’ouest, à l’intérieur de cet arc de cercle qui , de Cuba à Grenade et au Venezuela délimite en pointillé la mer des Caraïbes . La mer y est plus calme et souvent plus chaude que sur la façade atlantique. Le rivage est constitué d’une alternance de falaise et de rades au sable sombre, où se nichent des villages de pêcheurs.

st-pierre-baie.1206111311.jpg Mais Saint-Pierre y tient une place particulière. Cette petit ville est installée dans une vaste baie, au pied des contreforts de la Montagne Pelée qui domine de ses 1397 mètres tout le Nord de l’île et qui fournit un arrière fond vert et désolé à tous les paysages.

nuee-ardente.1206111725.jpg Pour connaître l’histoire de Saint-Pierre, on peut lire l’excellent livre « Nuée ardente » de Raphaël Confiant qui restitue l’ambiance du Saint-Pierre de la belle époque , quelques semaines avant la catastrophe de 1902.

On peut aussi reprendre des éléments de l’article de Wikipedia:

« Les premiers colons de Martinique s’installent à Saint-Pierre dès 1635 et de là, partent à la conquête du reste de l’île.La ville se développe grâce à l’industrie sucrière et au commerce des esclaves.

saint-pierre-mouillage.1206110928.jpg Le port de Saint-Pierre attire alors des navires et marchands du monde entier.

Surnommée le Petit Paris, le Paris des Isles, la Perle des Antilles ou encore la Venise tropicale, la ville était alors le chef-lieu mais aussi la capitale économique et culturelle de toutes les Antilles. En 1900, Saint-Pierre, cas unique dans la région, possédait un équipement particulièrement moderne : un réseau d’éclairage urbain électrique, un tramway hippomobile, un théâtre de 800 places, une chambre de commerce, l’un des premiers asiles soignant les aliénés, un jardin botanique et un port particulièrement actif.

En 1902, St-Pierre ainsi que les navires à l’ancre dans sa baie fut dévastée en 90 secondes par une nuée ardente dévalant la montagne à 500 km/h, il y aurait eu 30 000 morts et deux survivants à l’éruption de la Montagne Pelée. »

escalier-theatre-st-pierre.1206115369.jpg La ville ne s’en est jamais vraiment relevée. Le déblaiement des cendres et des ruines a pris des années, pendant que Fort-de-france s’affirmait comme la vraie capitale administrative, économique, culturelle. Reste une bourgade paisible, accrochée à cette magnique baie, où l’on visite des ruines étonnantes comme cet escalier monumental du théatre qui ne mène désormais nulle part, si ce n’est à quelques murs, rasés au niveau des fondations.

maison-coloniale-st-pierre.1206115923.jpg L’ancienne maison coloniale reconstitué sur le parvis du port, recrée un cadre d’animation pour ce centre ville qui peine à s’affirmer. Un centre d’exposition y est installé.

marche.1206123353.jpg A coté c’est le marché, avec ses productions locales: poissons de la baie, fruits et légumes pays.

Nous prenons un petit café à coté, sur le port. La vie est tranquille à St-Pierre, même si les rues ne respirent pas la richesse. On est loin de l’agitation débridée de Fort-de-France.

epave-saint-pierre.1206116612.jpg La baie de Saint-Pierre est un site apprécié des amateurs de plongée sous-marine. Principales attractions , les épaves coulées lors de l’éruption, paradis de toutes sortes de végétations sous-marines et de poissons colorés. Jean-Paul, le frère de Danièle, fanatique de plongée avec son amie Martine, nous avait précédé le mois précédent en Martinique. Habitué des lieux il en avait ramené en 2004 cette vidéo exceptionnelle sur la baie et ses épaves.

snack-ceronmg_0381.1206128418.jpg Nous quittons Saint-Pierre en direction du nord, à la recherche d’une baignade et d’un casse-croute.

Nous nous arrétons à l’anse Céron. De toute façon la route ne mène guère plus loin . Pour gagner l’anse Couleuvre , il faudrait finir par un chemin de terre.

Nous y trouvons la baignade et un petit snack-bar au bord de l’eau qui nous sert l’incontournable poulet boucané et une bière fraîche. De quoi oublier la tragédie de 1902 qui hante encore les rues de Saint-Pierre.

 

3 commentaires sur “Saint-Pierre : l’histoire s’est arrétée en 1902

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s