Montréal Bleu

Après son séjour au Canada auprès de sa fille Claire, en février dernier, entre deux épisodes neigeux, Danièle nous a livré un reportage personnel sur Montréal en hiver.

Un coup d’oeil sur la carte nous montre de manière évidente que Montréal est bâti sur une île. L’eau l’entoure de toute part: Le fleuve Saint-Laurent, la rivière de l’Outaouais et la rivière des prairies.

« Montréal bleu » est le nom d’un des projets visant à mieux valoriser les rives et les eaux de Montréal. Il convient bien aux balades que nous y avons faites en février-mars 2017 (nos trajets en rouge).

L’archipel d’Hochelaga (le Grand Montréal) comporte près de 300 îles, quatre rivières, deux lacs. Des ponts, des canaux, des traversiers, des navettes fluviales, des marinas, des plages, des parcs pour faire cohabiter habitat, vie industrielle et zone de loisir.

En 50 ans, les développements industriel, urbain et résidentiel ont peu à peu entouré l’île de Montréal de béton et y ont privatisé les deux tiers des rives. Le nombre de plages est passé de 60 à 3. Toutefois, en parallèle, il y a eu plusieurs projets de réappropriation, de protection et de mise en valeur des berges, de création de parcs, et sans oublier d’importants programmes d’assainissement des eaux.

Pour qui aime l’eau, et j’en fais partie, Montréal est un paradis. Il serait dommage de se contenter de l’île Sainte-Hélène (en face du centre ville avec un parc aménagé).

Nous n’avons pas tout vu en quelques jours d’hiver, ni bénéficié des traversiers mais suivez-nous de l’île Bizard à Ste Anne de Bellevue puis à l’île St Bernard en passant par les rapides de Lachine.
Il nous reste à explorer tout le Nord-Est de l’île, les îles de Boucherville et tous ces territoires et chemins riverains. Une autre fois!ile Perrot Montréal

Montréal vu de l’île Ste Hélène où le vent était si froid et le sol si gelé que nous avons bien vite repris le métro.

La rivière des Prairies à l’île Bizard ci-dessus et le St Laurent majestueux vu de l’île ST Bernard ci-dessous.

Une impression d’immensité face au bleu du ciel et à celui de l’eau.

« il n’y a plus beaucoup de liberté dans le monde, c’est entendu, mais il y a encore de l’espace ». Bernanos cité par Sylvain Tesson dans « Sur les chemins noirs ».

Où peut-on mieux ressentir cette sensation d’espace sans souffrir de l’isolement que dans les environs de Montréal ?Il ne fait pas toujours beau à Montréal et ce premier orage de l’année le 25 février 2017 (journée exceptionnellement chaude) nous a trempées au Parc des rapides de Lachine.Les rapides de Lachine sont un haut-lieu du Québec. C’est là que se tenait une halte pour le commerce des fourrures aux premiers temps de la colonie, c’est là qu’existe encore la plus ancienne maison conservée de Montréal (1670) aux allures de ferme normande, c’est là que s’arrêtaient les bateaux, incapables de traverser les rapides avant la construction du canal éponyme. Et puis il y a les oiseaux (ici des bernaches résidentes au pars de rapides de Lachine) et des ornithologues passionnés qui se réjouissent d’un hiver si vite fini cette année. Nous avons vu le jaseur boréal, le cardinal, la chouette lapone, le martin pêcheur et beaucoup de mésanges à tête noire et presque l’accouplement d’un couple de visons.Montréal est rempli de passionnés de photo animalière. Ils sont très sympathiques et très bavards . Ils n’hésitent pas à vous montrer sur leur écran ce que vous ne voyez pas à l’oeil nu. Pierre Lamontagne rencontré aux rapides de Lachine est sur Flickr et suit toutes les migrations. Jean-guy Morisset, le photographe d’Outremont  (un quartier de Montréal) amoureux des oiseaux de la montagne a publié un livre de photo « Faune urbaine » et bien d’autres encore que nous ne connaissons pas …Montréal est si loin vu de l’île St Bernard ci-dessus ou de Pointe Claire ci-dessous. On devine le centre-ville et ses buildings, l’oratoire St Joseph et sa haute coupole au centre et l’université de Montréal à gauche… et la montagne… visible de partout à Montréal puisque aucun bâtiment n’a le droit de la dépasser!Une petite résidence secondaire à Chateaugay ci-dessus ou sur l’île Perrot ci-dessous, ça vous dirait ?Moi, ça me rappelle les paroles de Beau Dommage (1974):

« Dimanche soir à Chateaugay

Les pieds pendant au bout du quai

la rivière joue de l’harmonica

ma blonde se baigne les pieds dans l’eau

c’est plein d’oiseaux qui courent le long de l’eau

en chantant leur chanson d’oiseaux

c’est plein d’oiseaux qui courent le long de l’eau. »Regarder le soleil se coucher à Pointe Claire près de l’église dont les pieds baignent dans le St Laurent… ou bien se promener parmi les gisants du cimetière du Mont Royal sont des plaisirs du soir.La montagne porte deux cimetières (Mont-royal et Notre Dame des Neiges) Qui sont des promenades très prisées – et sportives-en plein centre de Montréal.Mais il faut rentrer et retraverser le pont. Ici le pont Honoré Mercier (1934-1963).

Il n’y a pas tant de pont que ça traversant le St-Laurent à Montréal, ce n’est qu’avec l’avènement du chemin de fer que l’île de Montréal se dote d’un lien permanent avec le continent. En 1854 plusieurs ponts ferroviaires sont construits à Ste anne de Bellevue, traversant deux canaux de la rivière des Outaouais, reliant l’île de Montréal à l’Ontario et à la péninsule Vaudreuil-Soulanges par l’île Perrot. En 1860, Montréal construit sa première voie vers la Rive Sud avec la construction du Pont Victoria qui était , au moment de son ouverture, le plus long pont au monde. Puis vint le Pont Jacques Cartier dans les années 1930. Tous les autres ponts datent des années 1960. Mais hier (du temps des premières nations), comme aujourd’hui les Montréalais n’ont pas vraiment besoin de pont pour traverser le Saint-Laurent …Et le plus rigolo – et le plus sportif -c’est au moment de la débâcle !

*Vous pouvez retrouver ce reportage dans un petit livre photo à commander chez MATISSEO

Retrouvez les articles Quebec-Canada sur le Clairon

-St Laurent rive Sud

Avenues et ruelles de Montréal

-Parcs et jardins de Montréal: pour le meilleur et le pire

 

4 commentaires sur “Montréal Bleu

  1. Bonjour, que de souvenirs ! J’ai connu Montréal en 67 mais l’été.Juste après l’exposition universel .Une très belle ville et a l’époque très accueillante . Le Québec en été et surtout en automne , une région magnifique .
    Comme d’habitude , un texte agrémenté de belles photos .Par cette journée pluvieuse , un rayon de soleil .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s