Le temps des poires

Dans notre périphérie de la métropole lyonnaise, plus beaucoup d’agriculture: elle se réduit souvent à des pâtures à destination des chevaux ou des bovins à l’embouche. Mais il reste une activité encore vivace : l’arboriculture fruitière, et particulièrement la culture de la poire. Chasselay, la commune voisine se revendique Capitale de la Poire et  célèbre ce fruit de caractère tous les 3èmes dimanche d’octobre.Tout le monde connaît la Williams, la Guyot, l’Abate qu’on trouve facilement dans les grandes surfaces ou les commerces spécialisés. Ce sont des poires d’été qu’on consomme rapidement. Moins connues sont les poires d’hiver, récoltées plus tard et à conserver quelques semaines avant consommation. C’est tout un monde de saveurs, de textures qu’on découvre, chez quelques producteurs experts- on citera autour de nous Michel Pinet à Lissieu et Franck Décrenisse à Chasselay. Danièle a tenté de faire l’inventaire – et le portrait photographique – de ces merveilles conservées au fil des générations, et décrites dans des documents fort anciens.  Vers 1700, La Quintinie, jardinier du Roy recensait 500 variétés de poires qu’il classait en bonnes, médiocres et mauvaises.50 ans plus tard Charles Baltet, horticulteur à Troyes décrit 100 poires. Ce sont ses descriptions que nous avons retenues… avant d’y apporter notre propre appréciation (♥), après les avoir goutées. Nous allons les passer en revue :

Alexandrine Douillard

Fruit assez gros, pyramidal, élargi vers l’oeil, côtelé; vert d’eau passant au jaune coing, parfois éclairé de rose lilacé, chair demi-fine,ni fondante, ni cassante, douce et sucrée.♥♥ Alexandrine ou Alexandrine Douillard du nom de l’épouse de l’inventeur, rouge et jaune, plutôt petite, elle a une peau si fine qu’elle marque facilement , comme celle de sa marraine sans doute, mais elle est toute douceur et finesse.

Duchesse Bérerd

Grosse poire un peu bosselée à épiderme bronze, obtenue vers 1890, chair fine sucrée, juteuse, parfumée, serait peu sensible à la tavelure, maturité fin octobre-début décembre.♥ Duchesse Bérerd à peau grumeleuse et rousse, la chair est pierreuse et grenue mais délicatement acidulée; sa forme n’est pas très belle, elle ressemblerait à une pomme de terre sans la queue.

Doyenné du Comice

Fruit assez gros, parfois vraiment gros, déprimé, côtelé; vert pâle devenant blond éclairé de carmin léger, avec mouchetures fauves; chair fine fondante, juteuse, enrichie d’une saveur délicate, exquise.  ♥♥♥ Poire d’hiver, plutôt ronde, verte à forte queue, fondante et sucrée, très juteuse , un délice ; mais elle déja plus qu’à maturité fin janvier, il faut la manger vite. C’est, à mon goût une des meilleures poires.

Pakam’s Triumph

Fruit bosselé jaune à maturité, chair fine, fondante, acidulée, juteuse, de bonne qualité gustative. ♥♥ La première  à gauche dans cette coupe; on ne voit qu’elle au milieu des autres. Solide, brillante, jaune et résistante, très jolie forme piroïde sans un cou trop allongé. Séduisante, elle a du caractère mais personnellement j’ai un peu de mal avec sa chair ferme et astringeante. Cuite peut-être ? Mais quelle belle poire dans la corbeille à fruits et pour longtemps ! Elle se conserve bien.

Epine du Mas (ou Duc de Bordeaux)

Fruit de taille moyenne, jaune vert légèrement rosé coté soleil , fondante,bien juteuses, parfum agréable, productif, maturité novembre-mi décembre

♥♥♥ Une jolie petite poire que l’on dirait presque sauvage et qu’on aimerait bien trouver dans la forêt si l’on redevenait chasseur-cueilleur, car elle est douce, sucrée et parfumée.

La Bergamote Esperen

Fruit moyen, rond et plat comme un oignon; peau épaisse, vert jaune truité (tacheté) gris sépia; chair ferme, teintée, très fine, fondante, aromatisée, excellente.  ♥♥♥♥ Délicieuse poire juteuse, fondante, sucrée et parfumée sous de dehors peu engageants (peau verte, granuleuse, épaisse). Elle est très rare, ne la manquez pas si vous  la trouvez !

Madame Ballet

Fruit gros, ovoïde ou turbiné, ventru,renflé au milieu, un peu bosselé en son pourtour. Pédicelle moyen, droit ou arqué, renflé au point d’attache. Chair blanche, jaunâtre, fine, juteuse, sucrée, parfumée. Qualité : très bonne.

♥♥♥♥ Petite poire plutôt verte, avec un peu de rouge. Fine, tendre, juteuse et sucrée. Ressemble assez par le goût à la Bergamote et comme elle, c’est un délice !

Passe-Crassane

Fruit assez gros, rond et presque plat; vert bronzé roux; chair assez fine, fondante, juteuse, sucrée, relevée d’un goût acidulé, excellente La maturité s’annonce par un changement de nuance, attendre pour la dégustation la parfaite souplesse de la chair.

♥♥ En France il est désormais interdit de multiplier et de planter la Passe-Crassane, trop sensible au feu bactérien qui peut dévaster un verger. N’est bonne que très mûre, mais elle est alors excellente.

La Doyenné d’hiver

Fruit gros, ovale, renflé au centre, tronqué aux deux bouts; vert uni souvent jaune herbacé, fouettée rougeâtre; Chair assez fine et fondante, avec une eau relevée d’un aigrelet agréable. Le fruit jaunit en murissant. 

♥♥ Entre la Passe-Crassane et la Doyenné du Comice pour la forme, la couleur et le goût.

—————-

Les poires aiment être associées à des goûts plus forts. Le roquefort et la poire, le chocolat et la poire, il faut essayer ces mariages qui ne vous décevront pas. Et pourquoi pas avec un poisson fort en goût, ou en compote avec du gingembre.

—————

Notre ami photographe Michelangelo a bien voulu troquer ses modèles en chair et en os pour les belles formes de ces fruits de caractère. Avec les procédés numériques modernes ( Canon EOS 5D Mark III  f:5 1/80s Iso 100):Mais aussi avec des procédés anciens, ceux des pionniers de la photographie. Ici avec le procédé du Collodion humide, dont il est un des rares spécialistes.  La pose est de 40 secondes après avoir préparé en direct la surface sensible, le cliché est pris en studio avec un puissant éclairage fluo. L’image est révélée sur la surface du verre, le verso est ensuite teinté en noir pour faire apparaître l’image en positif.

En photographie, la modernité nous apporte bien des facilités, mais en matière de poires, elle risque de nous priver de saveurs subtiles et précieuses.

La poire est vraiment photogénique. Admirez-la avant de la déguster

*Cet article est tiré d’un mini-livre photo que Danièle a publié chez Matisseo. on peut le consulter et se le procurer ICI.

Un commentaire sur “Le temps des poires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s