L’Italie sur les traces de Napoléon – Nos Pâques véronaises.

Partir quinze jours en camping-car, même avec un itinéraire longuement discuté et des amis italianisants, offre toujours des surprises et des découvertes. L’imprévu étant un des attraits de l’aventure, nous en avons pleinement profité.

 

Vercelli : Première étape après le franchissement des Alpes par le tunnel de Fréjus. Le hasard nous amène à rechercher un coin tranquille au bord de la rivière Sesia et dès la sortie d’autoroute, c’est la découverte des rizières et de hameaux agricoles aux fermes autrefois prospères largement abandonnées pour certaines.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De l’eau, beaucoup d’eau, des canaux, des pompes, des outils agricoles inhabituels et des Ibis noirs qui se régalent dans les rizières, la ville d’Arborio, nous sommes au coeur du berceau du riz spécial rizotto. Vercelli fut autrefois le chef-lieu d’un département français sous le nom de Verceil; c’est notre première rencontre avec la campagne d’Italie de Napoléon.

 

Le lac de garde Sirmione : Une halte pour remplir le réservoir, une aire surchargée et le retour difficile sur l’autoroute A4 coupée par un accident nous font sortir près du lac de garde.OLYMPUS DIGITAL CAMERA Nous découvrons Sirmione, une halte au bord du lac très occupée par des camping-cars allemands et l’étrange péninsule qui s’avance sur le lac. Villa romaine, château médiéval, hôtels luxueux (ci-dessous la villa Cortine à l’entrée monumentale) , bien d’autres avant nous ont découvert les agréments de Sirmione : Maria Callas qui y a habité et Michel Déon qui en a fait le décor de plusieurs romans. Le tourisme de masse dont nous faisons partie a remplacé les fortunes de ce monde, la piste cyclable est reine.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 Vérone : Une panne d’alternateur nous retient à Sirmione. Notre assurance nous loge à Vérone le temps de la réparation pendant que nous abandonnons nos amis au bord du lac. Transport et hôtel acceptant les chiens rapidement trouvés par un service très efficace, nous logeons au coeur de Vérone à pied d’oeuvre pour une découverte de la ville et de ses jardins délicieux construits sur les anciennes fortifications autrichiennes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 Monte baldo : Lumini, San Zeno, Spiazzi, Ferrara

Nos amis aiment marcher et c’est la découverte de la rive orientale du lac de garde, les flancs du Monte Baldo, la vallée intérieure de la Novezza. Des falaises calcaires et dolomitiques abruptes, une flore abondante, des malga (bergeries) et des vues d’abord douces sur le lac de garde puis vertigineuses sur la vallée de l’Adige. Sur les crêtes orientales, des restes des tranchées de la première guerre mondiale, de ce qui fut l’extrémité la plus occidentale du front italien contre les autrichiens, creusées dans la roche au marteau piqueur. Après une heure de montée dans les sapins nous retrouvons nos amis déjà arrivés au sommet. La borne matérialise la frontière de la république de Venise et de la Lombardie.IMG-20190421-WA0000

 Rivoli Veronese : Je veux voir la vallée de l’Adige; c’est à Rivoli Veronese que nous la retrouvons. Le plateau domine la vallée et il nous faut une longue promenade pour manger au bord du fleuve entre les falaises qui servent de spot d’escalade.

C’est là que nous retrouvons Napoléon, vainqueur de la bataille décisive de Rivoli contre les autrichiens, qui conduira au traité de Campo Formio. Quelques recherches historiques après : l’impressionnant fort autrichien – le WohlGemut- qui domine la vallée, le petit musé Bonaparte de Rivoli et la locanda Napoléon (140 € la nuit) nous permettent de comprendre mieux les sentiments partagés des italiens envers Napoléon.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Campo Formio mit fin à 800 ans d’indépendance de la République de Venise, Napoléon pilla Venise et l’obligea à des réformes considérables de son système de gouvernance avant de la donner aux autrichiens. On peut y voir une revanche contre les Pâques véronaises, épisode de massacre des forces françaises pendant le siège de Mantoue largement organisé par les vénitiens.

En revanche, ce Napoléon encore porteur des idéaux de la révolution initia la transformation de l’Italie  et fut bien accueilli par les populations les plus privées de droits (les juifs de Venise). Cet épisode napoléonien fut le coup d’envoi d’un mouvement qui aboutit à l’unification et à l’indépendance de l’Italie  – le risorgimento-

3 commentaires sur “L’Italie sur les traces de Napoléon – Nos Pâques véronaises.

  1. Chers amis, ce fut une agréable escapade ensemble, avec de belles montagnes arpentées et de bonnes soirées dans la cuisine du camping-car autour des bonnes nourritures locales. Une précision, puisque je suis « sur la photo »: pour moi en tout cas ce ne fut pas une ballade « sur les traces de Napoléon » que nous avons « croisé » par hasard et en fin de parcours dans le village de Rivoli sur Adige. Napoléon n’est qu’un des très nombreux personnages à avoir laissé une trace dans le paysage de l’Italie du Nord. Les sentiments des italiens sur Napoléon sont-ils vraiment « partagés »? Pas autant que ceux des français qui sont nombreux à l’aduler ou au moins trouver des excuses aux aventures de Bonaparte ou de Napoléon en Italie et ailleurs, même « à gauche »… Le plus souvent Napoléon évoque ici des épisodes tragiques ou amers (aussi pour ceux qui ont cru dans les idéaux révolutionnaires). Quant à conclure que l’unification italienne trouverait son coup d’envoi dans l’épisode napoléonien, ceci me semblerait vraiment difficile à soutenir. A bientôt, sur les chemins alpins ou d’ailleurs. Bises

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s