Les bois noirs

Les bois noirs, ce sont ces hauteurs boisées au nord-est du massif central, partagées entre le département de la Loire, du Puy de Dôme et de l’Allier. C’est là , dans ce pays difficile que Danièle a ses racines auvergnates. Et dans bien des hameaux , surtout sur le versant de l’Allier, on  se souvient encore de son vétérinaire de père qui faisait la tournée des élevages et qui appréciait ce pays rude.

Entre 800 et 1300m les forets vert clair de feuillus et vert très sombre de résineux dominent un paysage austère . Les épicéa, abies, et autres Douglas ont partout pris le dessus, encouragés par une incitation publique au boisement standard.

Au bout des chemins, au croisement des routes quelques villages, plutôt déserts. Mais il ne faut pas se laisser prendre par l’impression du vide végétal. Ces espaces ruraux ont longtemps (jusqu’à la guerre de 1914) abrité une population nombreuse et active avec des densités supérieures à des régions plus clémentes et plus riches. Derrière l’apparente immobilité des populations prospéraient les échanges et les allers et retours avec la plaine du forez d’une part et le territoire de Thiers d’autre part. Au-delà entre Lyon-genève et Nantes-bordeaux.

Sur ce point de passage obligé, chaque période a dessiné un itinéraire différent, entre le médiéval « grand Chemin » et la moderne autoroute A89. Dans tous les cas des pentes importantes et des intempéries fortes. La neige ne prévient pas et s’abat en quantité sur ces premiers contreforts. Le grand chemin passe par Saint-Just en Chevalet et par le col de Saint-Thomas, un trajet assez rectiligne avec des pentes à 17% qui font le plaisir des cyclistes grimpeurs.C’est là que Fredo a installé son auberge-refuge à près de 1000m d’altitude, une adresse appréciée des randonneurs, des cyclotouristes et des amoureux de ce rude pays. C’est là que Danièle a donné rendez-vous à Jean-François Faye, président de l’association « les amis des bois noirs » , historien citoyen et généalogiste émérite. Avec Frédo Dayne, il y a là le noyau historique de cette structure, à mi-chemin entre la société savante et la joyeuse bande amoureuse de son terroir.

Manque au tableau le grand inspirateur, le regretté Paul Chatelain, géographe, professeur à la Sorbonne qui a fini sa vie à Cervières, un peu plus loin.

Autour d’un repas simple et délicieux mitonné par Madeleine, la maîtresse des lieux, Danièle parle de son grand’père Claudius qui s’est installé en 1923 à la Chevalerie, un hameau de Vollore Montagne , à une trentaine de KM de l’auberge.  » La Chevalerie, je connais bien, j’y ai fait les foins chez Claudius et j’y ai croisé votre père Paul. » Fredo, l’immigré italien, venu dans les années 1950 de ses montagnes du Val d’Aoste, connaît le pays – et les gens – comme sa poche. Nous faisons le plein d’anecdotes et de documents (une vidéo sur l’histoire du franchissement routier , puis ferroviaire, puis autoroutier de ce seuil, deux livres : « Si Cervières m’était conté  » et « les bois noirs » en vente chez Fredo). Et nous voilà partis pour une promenade dans l’espace – quelques dizaines de km- et surtout dans le temps – deux ou trois siècles- sur les traces de la famille de Danièle.

Première étape aux Cros, hameau d’Arconsat où réside Gilles le descendant d’une famille alliée à celle de Danièle. Ils posent tous les deux  devant la maison familiale encore occupée par les parents de Gilles. Jean-François est intarissable sur l’histoire d’Arconsat, il décrit l’énergie et l’inventivité de ces familles engagés dans leur survie. Tous les moyens étaient bons : la contrebande de sel (six fois moins de gabelle en Auvergne qu’en Bourbonnais), le commerce ambulant des colporteurs (qu’on a vu partir jusqu’au Mexique), l’artisanat autour du bois et de la coutellerie. Autant de raisons au maintien d’une population rurale très importante malgré des conditions difficiles.

Le lendemain , nous nous éloignons des bois noirs pour se rapprocher des origines de la famille de Danièle : plusieurs générations sont signalées à Saint-Marcel d’Urfé . Nous sommes dans la seigneurie d’Honoré d’Urfé, auteur du premier roman-fleuve de la littérature française, L’Astrée. Mais Urfé était aussi, par sa mère, marquis du Valromey, le pays de mes origines. Alors, à quelques siècles de distance, nous nous rapprochons Danièle et moi.

La petite chapelle de la Chirat avait été remplacé au XIXème siècle par une vaste et solide église, comme dans tous ces villages, juste au moment où la démographie triomphante commençait à amorcer sa décrue.

Nous suivons l’itinéraire de la famille de Danièle. Johannes Marie, l’arrière grand’père prend une ferme à Coubanouze, hameau des Salles. Les coteaux verdoyants dominent un plan d’eau paisible.

Johannes Marie n’y restera pas à la différence de son frère Antoine Marie qui fera souche à Coubanouze. Ses descendants y exploitent encore un grand élevage porcin.

Nous sommes encore dans le département de La Loire. Les Salles c’est une zone de transition au pied des Bois Noirs. Le chemin de fer est arrivé en 1876 à Noirétable , un peu plus loin. Le péage de l’autoroute y est implanté ainsi que l’aire de service du Haut Forez. Nous ne sommes pas encore en Auvergne, l’Auvergne profonde.  Demain, nous poursuivrons le périple de cette famille qui va se retrouver dans la Montagne Thiernoise, quelques km plus loin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s