Adieu Betty

Vendredi soir, nous sortions chez des amis. En prenant la voiture sur le parking nous avions bien remarqué que notre chatte Betty nous faisait un brin de compagnie. Nous n’aimions pas la voir traîner sur le chemin de la Buchette, car nous savions qu’elle était plutôt insouciante dans ses déplacements. Mais, de toute façons, elle entrait et sortait comme elle voulait en sautant sur le mur, en escaladant le pin ou en exploitant un trou dans la clôture.

 betty-bis.1169888475.jpgAvant minuit, sur le chemin du retour, notre voisin nous téléphona pour nous annoncer qu’elle avait été fauchée par une voiture devant notre portail, morte sur le coup.

Elle n’avait pas un an et déjà de bien nombreuses péripéties dans sa brève existence. betty-pansement.1169888444.jpg

Le fait de s’être sortie de situations difficiles semblait lui avoir donné une absence totale de crainte, une confiance dans sa bonne étoile qui lui avait réussi tant de fois … jusqu’à la dernière.

Elle vivait donc avec 30 g de métal dans la patte, ce qui faisait dire aux enfants que c’était la première chatte bionique de la famille.

C’était une chatte particulièrement familière : elle venait se glisser la nuit dans notre lit ou se caler dans le fauteuil dès qu’on se posait un moment. Quiconque à la maison pouvait la prendre dans les bras et la trimballer sans qu’elle proteste le moins du monde.Il n’était pas rare qu’elle accompagnât dans leurs promenades quotidiennes le chien et les maîtres, toujours à portée de vue, ou en laisse, lors de nos escapades en terrain inconnu, en Camping-car.

betty-michelin.1169888498.jpgElle était, toujours partante pour une nouvelle destination, prête à s’installer dans le fourgon .Et puis, c’était une vraie compagne de jeu pour le chien : même âge, même goût pour les poursuites, pour des parties de cache-cache interminables.

  Mais elle était  aussi extrêmement indépendante, disparaissant souvent la nuit, quelquefois plusieurs jours d’affilée. Le goût du grand air, de l’aventure et aussi du changement (s’installer quelque temps chez la voisine, avant de réapparaître) était plus grand que la recherche du confort.

La vie des chats en terrain libre est souvent brève, particulièrement ceux des mâles souvent en chasse, batailleurs et aventuriers. Les femelles connaissent  en général des parcours  plus tranquilles et plus longs, une fois que la curiosité et l’insouciance de la jeunesse s’éloignent et que les premières portées de chatons arrivent, les transformant en mères respectables.  Il n’a pas été donné à Betty d’avancer vers cette étape plus sereine … et moins dangereuse.  

 Pendant ses six mois à la Buchette, Betty  avait  beaucoup mobilisé  nos soins, notre attention. Elle n’avait pas été une ingrate ; elle avait apporté sa part de joie et de bonne humeur dans la maison. Tout le monde la regrettera.

2 commentaires sur “Adieu Betty

  1. Mon amour des chats me pousse à partager la tristesse de la Bûchette… il faudra donc trouver un nouveau compagnon de jeux pour le chien… Il doit bien y avoir quelque part un chaton fait pour cela…

    J'aime

  2. Mais ma parole, mais c’est mon chat qui arpente ton blog, il est aussi sur le mien.. Tu as vu, tout en bas à droite ?
    Sinon ma minette est mal en point et ça m’étonnerait qu’elle passe l’hiver. On la chouchoute un maximum pour que les derniers joues de sa vie soit les plus doux, et elle semble en être très reconnaissante.
    J’imagine bien votre tristesse et je vous fais des bises

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s