Révolution numérique : Tous Ubérisés ?

Rappelez-vous : ce fut le feuilleton de ce printemps 2015. Les taxis contre Uber . Les manifestations, les prises de bec, les agressions de chauffeurs –et même de passagers- Uber.manif taxiEt à la suite François Hollande qui déclare Uberpop illégal et cible privilégiée des interventions policières. Et puis le PDG d’Uber qui jette finalement l’éponge.

Alors on se dit qu’on se trouve dans un épisode typiquement français : les corporatismes qui prennent en otage les pouvoirs publics malgré le succès de nouvelles pratiques auprès du grand public.
Sauf que l’incendie Uber se propage sur l’ensemble de la planète. A Mexico ce sont 10000 taxis qui manifestent, à New-York les 20000 VTC sont accusés de renforcer les embouteillages, le Maire Di Blasio envisage de limiter leur croissance. A Séoul Uber voit le jour sous une autre forme, sous un autre nom : Kakao Taxi et se concilie les taxis existants. A Montréal les taxis utilisent la manière forte contre les Uber , mais à la canadienne : juste des œufs balancés sur les voitures
Alors que nous annoncent ces grandes manœuvres ? On pressent vaguement que la révolution numérique est en train de bouleverser tout notre système productif et nos pratiques de consommation. Dès 2013 Le Clairon s’était interrogé sur la question :
Le secteur des services à l’heure d’internet 2.
Renouveler le tertiaire : des services pour aujourd’hui et pour demain !
Amateurs versus Pros
En ligne de mire, les grands réseaux de vente ou de services : B for Bla banque est une activité de plus en plus immatérielle, le contact avec un employé étant réservé à des opérations exceptionnelles (montage de prêts, investissements…), la poste concurrencée par les mails doit trouver de nouvelles prestations pour rentabiliser le réseau des facteurs, Les services des impôts voient leur activité réduite et modifiée par les déclarations en ligne, la musique en ligne , le livre numérique mettent en danger disquaires et libraires. La liste est longue.
Face à ce Tsunami, on peut observer certaines zones de résistance Dans la banque, si 60% des clients souhaitent des services par le canal numérique, le contact avec un conseiller est encore apprécié par 25% des clients. En conséquence, les enseignes bancaires ne sont pas prêtes pour l’instant à liquider leur réseau physique (et à affronter les conséquences sociales d’une telle orientation). Dans la santé, face à la concurrence des lunettes en ligne, la rencontre avec un opticien de proximité est vécue par la majorité des clients comme rassurant (tant que les mutuelles prennent en charge le surcoût)
Mais finalement, la surprise vient plutôt de l’explosion des services de particulier à particulier qui prend de court des secteurs classiques de service qui ne l’avaient pas du tout venir : Les médias de petites annonces, complétement balayés par Leboncoin, l’hotellerie et les locations saisonnières menacées par Airbnb, les taxis par Uber, la SNCF et les autocars par BlaBlacar, la location de voitures par Ouicar ou Drivy, les traiteurs et restaurateurs par Cookening ou Supermarmite …
Selon une étude réalisée par l’organisation professionnelle des hôteliers espagnols, l’offre pour les locations touristiques entre particuliers a dépassé en 2014 celle des hôtels et des autres types d’hébergements traditionnels.20150715-150357-g La seule ville de Barcelone concentre à elle seule plus de 137.000 lits sur les plateformes collaboratives, soit presque le double de l’offre conventionnelle, selon cette étude.
D’après la SNCF , le covoiturage aurait entraîné la perte d’un million de voyageurs pour le réseau du chemin de fer.
Le phénomène s’accélère. Chaque année, chaque mois qui passe, met en avant de nouveaux services, de nouveaux modes de consommation qui inquiètent les producteurs en place.
A quoi tiennent ces succès ?
• D’abord aux technologies de l’information : que serait Uber sans les GPS dans nos smartphones, sans les algorithmes qui mettent en relation immédiate l’offre de transport et la demande de l’usager ? Que serait Airbnb sans la cartographie numérique et sans la photographie numérique qui met en valeur la proposition de séjour.
• Et puis une autre démarche des offreurs de service qui s’appuie sur une autre attitude des clients. Par exemple l’offre informelle de taxi a toujours existé, peu dans les pays développés où les contrôles sont plus stricts, mais largement dans les pays moins développés.taxi brousse En Afrique ou en Inde les propositions de simples conducteurs sont légion aux abords d’une gare ou d’un aéroport. Généralement moins chers mais aux risques et périls du voyageurs.Les tarifs peuvent réserver des surprises et l’arrivée à bon port n’est pas toujours garantie.

Le génie d’Uber – et d’autres sites comparables- c’est de proposer un tiers de confiance, à savoir : grâce au site, les prestataires sont enregistrés, les risques sont assurés, les transactions monétaires sont exclues au profit d’un règlement en ligne selon un tarif transparent et connu à l’avance. Ajoutons que les prestataires sont notés (ainsi que les clients), rendant moins probable une mauvaise surprise.
• Au final des tarifs plutôt inférieurs aux prestataires officiels et une qualité de service annoncée et contrôlée supérieure. Que demande le client ?
• Une meilleure utilisation des ressources matérielles : De nombreuses études démontrent qu’en moyenne, une voiture est inutilisée 95% du temps et coûte plus de 5000 € par an à son propriétaire.

Une nouvelle génération de service se profile avec l’apparition de nouveaux protocoles du type Blockchain qui pourraient amener à une nouvelle étape et à la disparition des plates-formes et de la notion de tiers de confiance. Nul besoin dans ce cas d’un intermédiaire. Par construction les données sont sécurisées et l’historique des transactions infalsifiable.

  • Alors pourquoi hésiter ? Comment interpréter la réticence des pouvoirs publics?
    Aux quatre coins de la planète les pouvoirs publics hésitent entre trois attitudes : laisser faire, interdire ou réguler.
    • Le laisser faire n’est pas tenable longtemps. Les corporations menacées ont des moyens de se faire entendre : les taxis bloquent la circulation, les hoteliers invoquent les pertes d’emploi dues à la concurrence jugée déloyale des particuliers. Les rentrées fiscales sont menacées d’assèchement.
    L’interdiction : En Allemagne ce sont les tribunaux qui ont rejeté tout service UberPop. En France la loi Thevenoud (oui! le député qui souffre de « phobie administrative ») prévoyait une interdiction au 1er janvier 2015. Mais il a fallu que la société Uber retire son application Uberpop pour que l’interdiction soit effective, vue la faiblesse juridique de la décision.
    La régulation : En Californie, des projets de loi sont avancés pour réduire la portée du service Airnbnb. A paris la mairie traque les abus et les multi-propriétaires . A Barcelone la nouvelle municipalité a décidé de réduire l’activité d’Airbnb, accusé d’aggraver la crise du logement. L’an dernier, Airbnb a conclu des accords avec des villes telles que Amsterdam aux Pays-Bas, ou Washington et Chicago aux Etats-Unis, afin d’appliquer une taxe aux touristes utilisant ses services. La commissaire européenne au Marché intérieur et à l’Industrie, Elzbieta Bienkowska, a par ailleurs annoncé récemment qu’une réglementation de ce type d’activités serait présentée d’ici quelques mois.
    Les deux premières attitudes ne manquent pas de partisans : libéralisme de laissez- faire ou conservatisme protectionnisme, qui, chacun, mènent à terme à la destruction des structures qu’ils prétendent défendre.
    La régulation s’impose comme la solution pour accompagner ce puissant mouvement sans dynamiter les protections actuelles et les contributions fiscales existantes. Les questions à régler sont vastes :
    • -Le périmètre de l’activité et le nombre de prestataires : La ville de New-York envisage de limiter la croissance des VTC dans la ville Dans de nombreuses villes les offreurs de Airnbn doivent s’enregistrer auprès des autorités.
    • –Des limitations à l’activité : A Barcelone, les offreurs d’Airbnb ne peuvent louer que 2 chambres maxi et pendant un maximum de 1 mois pour une totalité de 4 mois dans l’année, comme à San Francisco et Amsterdam.
    • –Le statut des prestataires :En Californie les chauffeurs d’Uber doivent être considérés comme des salariés, ont estimé les autorités californiennes dans un jugement, rendu public mercredi 17 juin, à l’inverse des positions d’Uber qui les considère comme des travailleurs indépendants : ils ne perçoivent pas de rémunération fixe mais conservent environ 80% du prix de chaque trajet. Ils ne bénéficient pas d’avantages sociaux. Et prennent aussi en charge les frais d’essence et de maintenance de leur véhicule.
    • . La fiscalité des activités : Si une taxe de séjour a été mises en place dans beaucoup de villes, les activités de loueur ne sont pas soumises à la TVA, sauf pour la commission perçue par le site Airbnb. En revanche les loueurs doivent déclarer les revenus générés par l’activité. De même les chauffeurs occasionnels de feu Uberpop doivent déclarer leurs revenus au titre d’auto-entrepreneurs. En théorie les nouvelles activités devaient donc être soumises aux mêmes contraintes sociales et fiscales que les entreprises classiques. Le problème réside dans la difficulté du contrôle
    Le contrôle des activités : Le caractère occasionnel de l’activité, la dispersion entre des milliers de prestataires, rend très difficile un contrôle efficace des pouvoirs publics et incite donc les prestataires à choisir l’évasion fiscale. La solution technique consisterait en une obligation imposée au site gestionnaire de communiquer aux services publics l’état détaillé de l’activité de chacun des prestataires. Les sites évidemment s’y refusent et pour l’instant aucune autorité ne s’est risquée à l’imposer par la réglementation.

On n’a pas fini de parler de ces nouveaux services. On peut simplement regretter que les divers gouvernements , au lieu d’anticiper ces transformations qui auront un impact majeur sur nos société , se contentent de répondre au coup par coup aux pressions des acteurs et des corporatismes.
Certains voient dans l’apparition de ces nouveaux services la préfiguration d’une société post-capitaliste où chacun serait à la fois producteur et consommateur. Ne rêvons pas. Pour l’instant on peut simplement considérer qu’il s’agit de l’extension des rapports marchands à la sphère privée. L’innovation provient essentiellement du numérique qui nous libère de la nécessité des structures administratives d’une entreprise et réduit drastiquement le montant du ticket d’entrée et les coûts de transaction. Un circuit court du particulier producteur au particulier consommateur, en quelque sorte.economie-collaborative-partage-640x375 Une manière de dépasser la frontière entre amateur et professionnel.
Mais, dans ce vaste mouvement, il existe aussi des démarches purement collaboratives, où le profit ne rentre pas (ou de manière secondaire) en ligne de compte et qui peuvent vraiment transformer les rapports sociaux. .Mais c’est un autre sujet que Le Clairon ne manquera pas de développer.

Eloge de l’amateurisme

« Et toi, Norbert, Quelle est ta passion ? » s’enquiert Séverine*, curieuse de savoir à quoi passe ses journées un jeune retraité (la scène se passe en 2010) .Et la question me laisse un peu perplexe : «Je n’ai pas une passion, j’ai plusieurs centres d’intérêt.  En ce moment c’est plutôt la plomberie, mais il y a aussi la photo, la cuisine, l’oenologie, le blog du Clairon, le Qi Qong, les promenades avec le chien … » Il faut dire que Séverine, enseignante trentenaire, célibataire et sans enfant, plutôt avenante, a voué sa vie et son temps libre à la pratique et l’approfondissement de l’Aïkido. aikidoOn la voit ainsi, pieds nus dans des sandales par tous les temps comme un moine guerrier, visiter tous les stages où souffle l’esprit du maître «o Sensei ». Sur le tatami, vétue d’un « hakama » – la jupe noire qui se rajoute au kimono- rapiécé qui indique l’ancienneté de sa vocation, elle choisit des partenaires qui lui permettent de faire écho à ses recherches personnelles, sans plus d’intérêt pour la personne qu’elle a en face d’elle. Et je ne doute pas que ses nuits soient habitées par des interrogations sur la dernière technique qu’elle a vu pratiquer par O Senseï.

Rien de tel chez le paisible retraité qui lui fait face et qui revendique son statut d‘«amateur», voire de « dilettante », deux qualificatifs très déconsidérés dans le monde d‘aujourd’hui. Quoi de pire, en effet,  pour un Premier Ministre, voire un Président de la République d’être taxé dans la presse d ‘«amateurisme ». A l’inverse l’évocation du « professionnalisme » d’un grand médecin ou d’une star du show-business constitue le meilleur des éloges médiatiques.

Cette image de dilettante que je ne récuse pas, je ne l’ai pas toujours revendiquée, notamment dans les milieux de travail que j’ai fréquentés.  Souvent je l’ai subie, sur la base d’un malentendu : Dans la plupart des organisations, les responsables ne conçoivent pas l’idée qu’on puisse faire son travail avec sérieux et compétence, en conservant sa liberté de jugement et une certaine distance par rapport aux objectifs affichés du service. C’est le règne des managers et des technocrates, un univers de pensée et de comportement « unidimensionnel », au sein duquel l’esprit critique ou les comportements antisystémiques sont progressivement bannis (L’homme unidimensionnel – Herbert Marcuse 1964). manif 35hC’est pourtant bien de ce coté-là que je me retrouvais systématiquement, du coté des syndicalistes et des personnalités trop indépendantes pour espérer une carrière confortable et reconnue.

Alors, la retraite venue, une fois les enjeux des situations professionnelles éloignés, je pensais pouvoir me consacrer dans la sérénité à des activités, individuelles ou collectives, débarrassées des impératifs de performance et de résultats. A l’expérience je constate que ce n’est vrai qu’en partie.

Jean Viard est sociologue, co-auteur de « La France des temps libre et des vacances » (éd. de L’Aube, novembre 2009), il a beaucoup travaillé sur les loisirs. Sur cette question du challenge, il dit :

« On vit dans une société obsédée par la performance, il faut être excellent au lit, au travail, à table. C’est une véritable idéologie.

Cette obsession envahit aussi le temps libre. Il y a une culture du stress du temps libre. Pourtant cuisiner, [ ce n’est pas forcément Masterchef ], c’est une façon de prendre le pouvoir sur le temps, sur son corps. »

Eh oui ! il faut le dire : dans les milieux associatifs, sportifs ou culturels, où sont massivement présents des retraités – qui n‘ont apparemment plus rien à prouver en termes de carrière, d’avantages ou d’honneurs- on retrouve pareillement la lutte pour les résultats, pour la reconnaissance personnelle auprès des milieux de spécialistes ou de pairs, voire même un positionnement dans un statut de « professionnel » expert.

Il n’est pas dans mon propos de dénigrer ici le souci de qualité que chacun peut apporter dans des activités qui lui tiennent à coeur.photographe chambre bis Les moyens existent maintenant pour que des amateurs voisinent l’excellence dans des domaines comme la cuisine, la photo, la vidéo, la musique, les arts plastiques … et même le bricolage, le bâtiment et d’autres domaines où les outils (informatiques, logiciels, électro-portatifs ou mécaniques) sont maintenant abordables  par le grand public.

Mais de grâce, n’abandonnons pas l’heureux état de l’amateur, qui choisit ses actions pour le plaisir qu’il y trouve, qui produit plus pour le partage que pour le gain, sans cette obsession du résultat à tout prix qui empoisonne le milieu du travail en entreprise.

Amateur et fier de l’être !

*Le prénom a été changé

Dans un autre sujet nous abordons l’évolution respective (juridique, économique, fiscal…)  de ces deux sphères : Amateurs versus Pros

Et le blog préféré du Clairon:

banniere les mots justes bis

 

 

Amateurs versus Pros

Dans la France rurale traditionnelle , la plupart des paysans avaient un statut d’indépendant, ils exercaient plusieurs activités.Sabotier Ils étaient bucherons, maçons, charpentiers, sabotiers, boiseliers, tisserands, cordonniers, cafetiers, peigneurs de chanvre ou marchands…. et agriculteurs-éleveurs. En ville une petite minorité d’ouvriers ou d’artisans occupaient des métiers qualifiés qui demandaient un long apprentissage et qui s’organisaient dans des corporations. 

Ainsi la grande majorité des ruraux avaient plusieurs métiers, quelquefois occasionnels,  sans être très spécialisés. La révolution industrielle s’est efforcée de stabiliser cette main d’oeuvre et de la spécialiser.fabrication_du_tissu Le XXème siècle (et surtout la seconde moitié) a vu le triomphe du salariat : en France ce taux passe de 63% dans les années 1956 à 85% dans les années 1990 , et à 91% dans les années 2000. Le modèle du « professionnel » s’est imposé ( même si de nombreux emplois restaient peu qualifiés et peu spécialisés).

 La frontière entre activité amateur et activité professionnelle s’établit et se renforce. Dans les années 1950 un comptable n’avait jamais l’idée de repeindre lui-même sa cuisine, un technicien de l’automobile ne pouvait que faire appel à un plombier pour son installation sanitaire, et ceux qui se passaient d’un photographe professionnel pour les évènements  de famille étaient bien rares.

bricolage1On voit bien que la situation s’est profondément modifiée à la fin du XXème siècle. De nombreuses activités d’autoproduction ont envahi le temps libre dégagé par la réduction du temps de travail (en un siècle, entre 1880 et 1980 le temps de travail annuel a été divisé par 2). Bricolage, construction, décoration, métiers d’art … Personne n’est surpris de la nécessité de monter soi-même les meubles qu’on vient d’acheter. Et les banlieusards dans leurs pavillons  se félicitent de pouvoir consommer eux-mêmes les légumes de leur potager. Les Castorama, MrBricolage et autres jardineries en ont tiré leur prospérité galopante.

 Mais ce qui est nouveau en ce début de XXIème siècle, c’est que les frontières entre les deux sphères ont tendance à s’effacer.

Coté équipement tout d’abord : on peut s’improviser plombier, électricien ou plaquiste basique pour 2-3000 € grâce à des techniques et des outils qui ont facilité le travail. Un photographe amateur pourra rivaliser avec un pro pour le même montant, un peu plus s’il travaille en studio. Le fossé entre l’amateur qui n’a que ses mains et du matériel bas de gamme  et le professionnel efficace grâce à son outillage perfectionné , ce fossé se réduit, y compris financièrement.

Dès lors l’amateur expert peut être tenté de sortir de la sphère privée du temps libre et de viser la rémunération d’une  production pour autrui.

Des évolutions règlementaires ont accompagné ce phénomène. Elles ont permis de réduire le travail au noir occasionnel.auto-entrepreneur L’auto-entrepreneur peut ainsi proposer ses services tout en restant retraité, facteur, pompier ou chômeur et préservant ainsi la légalité de sa situation. Evidemment lorsque le chiffre d’affaire augmente, lorsqu’on doit investir, il est plus raisonnable de rejoindre le statut d’entrepreneur. Cette formule a séduit  près d’un million de travailleurs dont seule la moitié déclare une activité réelle.  Voilà qui permet une transition entre un état d’amateur et une vraie démarche d’entreprise.

Dans les secteurs artistiques on peut considérer que les  statuts d’artistes (artistes-auteurs ou créateurs) sont à la portée d’un artiste amateur qui veut évoluer vers une situation de professionnel qui vit de ses oeuvres. Dans le spectacle vivant, le statut d’intermittent prend en charge pour les comédiens professionnels des périodes de préparation personnelle et bien souvent des répétitions qui ne sont pas considérées  par les entreprises de spectacles comme du travail salarié. La différence avec un comédien amateur qui décroche occasionnellement des contrats est bien mince.

On peut donc considérer que,  dans les dernières années, les distinctions entre les  activités amateur et le  travail professionnel se sont grandement réduites .

Les évolutions actuelles dans des domaines totalement nouveaux risquent de brouiller un peu plus ces frontières. Ainsi les techniques de pointe dans le domaine de la conception et la fabrication d’objets sont en train de se démultiplier : les imprimantes 3D sont à même de permettre à chacun de concevoir et  de fabriquer des objets, ou de remplacer des pièces, à la maison, pour un coût tout à fait abordable.

Plus impressionnant : la possibilité de faire des manipulations génétiques dans sa cuisine avec quelques connaissances et un petit matériel : le Biohacking.A_Clone_of_My_Own

Ces innovations alimentent un courant très actif aux USA : les makers qui laisse entrevoir des processus  de production en dehors des grands ensembles industriels.

Tout cela pourrait remettre au gout du jour les réflexions d’André Gorz (« Adieux au prolétariat » 1981 éd. Galilée).qui prônait une réappropriation par l’individu de taches qui le concernent directement . Le travail « contraint » dans des organisations (hyper) productives  étant réduit au minimum.

Alors, demain, cet antagonisme entre activité amateur et travail professionnel risque d’être bien dépassé.

Cette tendance, si elle se confirme, alliée à la transformation des services (voir Le Clairon), dessine un nouveau paysage des économies avancées (au sein desquelles la France souhaite se maintenir, sans assurance de succès). Elle aura des impacts sur l’emploi et la fiscalité que nous examinerons prochainement.

→ Retrouvez la première partie du sujet : Eloge de l’amateurisme

Et le blog préféré du Clairon:

banniere les mots justes bis

Social: vers des syndicats vraiment représentatifs?

Le Conseil économique et social se prononce Mardi 28 novembre sur un projet d’avis sur le Dialogue social. On se rappelle que le gouvernement De Le palais d\\'Iena , siège du Conseil économique et socialVillepin avait proposé quelques mesures (bien limitées hélas et relevant souvent de simples bonnes résolutions) pour redonner vitalité au dialogue social. Chirac lui-même avait prononcé un discours remarqué sur le sujet.

L’idée était de ne pas introduire une quelconque réforme sans donner la place à une vraie négociation entre les partenaires sociaux. Assez étrange de la part d’un gouvernement qui était résolu à faire passer en force le CPE sans aucune concertation. Les manifs contre le CPE

La plupart des observateurs avertis de la vie sociale dans notre pays avait souligné une absence de taille : la légitimité des accords et la légitimité des acteurs signataires. On sait hélas qu’en France,( voir étude comparative internationale de la représentativité de l’IRES ) n’importe quel syndicat, même minoritaire peut signer avec ses interlocuteurs patronaux un accord qui s’applique à tous les salariés. La nécessité d’un accord majoritaire a été introduit dans la loi mais il reste optionnel à la disposition des partenaires sociaux dans les branches. Les services publics ont des règles particulières et sont pour l’instant à l’écart de ces débats, à l’exception de l’ANPE où un accord sur le dialogue social fixe des règles de majorité.

CGTDans le Privé , aucune branche n’a franchi ce pas, car les petits syndicats ne veulent pas se voir marginalisés au profit d’une coalition des grands syndicats. Cette réforme ne peut venir d’un consensus entre les syndicats, il y faut l’intervention de la représentation nationale pour changer les règles.

gwen.jpg

Le corollaire de l’accord majoritaire, c’est une représentativité des syndicats basée sur les résultats électoraux. Plusieurs systèmes sont envisageables pour mesurer l’impact électoral des syndicats. Là aussi, c’est à la loi de définir quel système sera retenu.

Un autre corollaire, c’est l’ouverture de la compétition électorale entre syndicats à tous les syndicats dès le moment où ils satisfont à quelques conditions fondamentales. Actuellement, seules les organisation affiliées aux cinq grandes confédérations ( CGT, CFDT, Force Ouvrière, CFTC, CGC-CFE) peuvent se présenter partout aux élections sans avoir à faire la preuve préalable de leur représentativité.

Ces réformes sont indispensables pour redonner une légitimité à des syndicats qui sont moribonds dans le jeu actuel. Elles sont difficiles, car à chaque fois elles peuvent faire des mécontents parmi les acteurs du social.

L’avis du Conseil Economique et Social est important car c’est la première occasion où les partenaires sociaux se saisissent de cette question fondamentale.

Y aura-t-il unanimité dans leurs rangs ? Quelle suite sera donnée par un gouvernement à 5 mois des élections. Les candidats à la présidentielles sauront-ils s’en saisir ? Affaire à suivre.